Les 4 excuses foireuses pour expliquer l’échec de son entreprise

La majorité des entrepreneurs ont foiré au moins une entreprise dans leur vie (moi le premier !). Ce n’est pas grave, bien au contraire. Le succès n’est que le résultat d’une série d’échecs.

Se planter est donc une chose positive à moins d’être tellement de mauvaise foi qu’on préfère rejeter la faute sur le monde entier plutôt que de porter la responsabilité de son échec.  Voici donc les 4 pires excuses qu’on peut parfois entendre.

C’est la faute de mon (ou mes) associé(s). Bien sûr ! Ce n’est pas vous qui avez choisi de vous associer avec. Ce n’est pas vous qui n’avez pas su anticiper les problèmes. Ce n’est pas vous qui n’avez pas su discuter avec votre associé avant que les choses n’aillent trop mal. Quand une entreprise se plante, tous les associés sont responsables.

Personne n’a voulu nous faire confiance. « Aucun investisseur n’a voulu croire en nous », « aucune banque n’a voulu nous suivre » etc. Si les personnes que vous aviez en face de vous n’ont pas voulu vous faire confiance, c’est peut-être simplement parce que vous et votre entreprise n’inspiriez pas confiance non ? Savoir convaincre (des clients, des investisseurs, des futurs collaborateurs…) est primordial pour un entrepreneur.

Je n’ai pas eu de chance. Bien sûr que dans la vie, il y a toujours un facteur de chance. Un entrepreneur peut malheureusement tomber gravement malade ou se faire frapper par la foudre. Mais en dehors de ces situations assez rares, invoquer la malchance pour expliquer un échec relève de la mauvaise foi. Le succès d’une entreprise vient avant tout de la compétence de ses fondateurs et non pas de quelque chose de mystique.

Je n’ai pas un bon réseau. Certains entrepreneurs ont effectivement déjà un bon réseau lorsqu’ils lancent leur première entreprise.  Mais je vous assure que c’est une minorité. Le succès d’un entrepreneur repose justement sur sa capacité à savoir bien s’entourer en se construisant un réseau de qualité.

Si jamais vous vous reconnaissez dans certaines de ces excuses, je vous invite à les laisser de côté pour analyser et comprendre votre échec afin de ne pas recommencer sans cesse les mêmes erreurs. Mais je vous rassure, on est tous un peu de mauvaise foi par moment !