Faut-il avoir une « bonne idée » pour réussir sa startup ?

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu dire qu’il fallait absolument avoir une « bonne idée » pour lancer sa startup. Comme s’il suffisait un beau matin d’être touché par la grâce divine pour qu’apparaisse, dans l’esprit de l’heureux élu, l’Idée suprême lui assurant le succès son entreprise……

Outre le fait qu’avoir une « bonne  idée » ne signifie pas grand-chose, se focaliser sur celle-ci en s’imaginant qu’il s’agit du critère absolue n’a aucun sens. Et pourtant cette croyance est encore tenace…

Bien qu’il soit inutile de copier bêtement ce que font déjà de nombreux concurrents, une « bonne idée » est loin d’être le point le plus important pour réussir sa startup.

Une bonne idée ou une bonne équipe ? S’il suffisait d’avoir une « bonne idée » pour créer une entreprise d’envergure, on ne compterait plus le nombre de startups qui entreraient en bourse ou seraient rachetées par de grandes multinationales. La réalité est que 90% d’entre elles finissent six pieds sous terre malgré des idées novatrices et prometteuses.

Mais une idée, aussi innovante soit-elle, n’est qu’une idée et ce n’est pas avec un vague projet abstrait qu’on convainc des clients mais avec une offre de qualité que seul des fondateurs talentueux peuvent créer. La réussite d’une startup repose donc principalement sur une équipe capable de transformer une simple idée en offre concrète et irrésistible.

Devenez célèbre. Même si votre idée est innovante, ne pensez pas que cela suffit pour imposer votre offre rapidement. Ce n’est pas parce que vous proposez le meilleur produit au monde que les clients vont se ruer dessus. Si personne ne sait que vous existez, vous ne vendrez rien. Et pour convaincre des clients, élaborer une excellente stratégie est indispensable car ce n’est pas une idée originale qui crée le « buzz » mais une communication efficace.

Trop tard! Une « bonne idée » peut effectivement l’être aujourd’hui mais le temps de réunir l’équipe, de développer l’offre, de trouver des fonds si nécessaire, de se faire connaitre et votre idée est dépassée. Car de longs mois s’écoulent entre le moment où germe l’idée dans l’esprit du fondateur et le moment où les clients entendent parler de l’offre.  Le marché évoluant très vite dans les nouvelles technos, le timing est essentiel pour réussir sa startup.

Ne soyez pas borné. A moins que vous ne possédiez des dons de voyances (dans ce cas ne faites pas de startup mais remplissez une grille du loto), il y a de fortes chances pour que votre offre n’ait plus grand-chose à voir avec votre idée de départ. En effet, en devenant au fil du temps un expert dans votre domaine, vous découvrirez de nouvelles opportunités à saisir et modifierez votre offre ou changerez radicalement de direction. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait de nombreuses startups à succès tel que Criteo. Se focaliser sur son idée de base est dangereux lorsque cela devient un aveuglement malsain.

Laisser un message