5 bonnes raisons d’être pessimiste quand on est entrepreneur

Je ne compte plus le nombre de bouquins de développement personnel  ou de séminaires qui célèbrent l’optimisme comme s’il s’agissait d’une panacée pour tout réussir dans sa vie. Le piège étant de tomber dans l’excès de confiance et de ne pas être suffisamment réaliste pour résister aux gifles de l’entrepreneuriat.

Personnellement, je suis un pessimiste positif,  c’est-à-dire que je m’attends toujours au pire sans toutefois être défaitiste et fataliste. Et je ne m’en porte pas plus mal. Je pousserai même le vice en vous disant que ça évite bien des ennuis. Voici donc  5 avantages à être un pessimiste positif quand on est entrepreneur.

Un moral moins en dents de scie. Il est normal d’être enthousiaste quand on crée son entreprise. Mais la réalité rattrape vite les entrepreneurs trop optimistes. En effet, pour entreprendre, mieux vaut être endurant car le moral a tendance à faire le yoyo constamment. Ce qui est vite usant nerveusement.

Donc, au lieu d’imaginer être déjà le prochain Facebook quand les choses semblent aller dans le bon sens, restez mesuré et attendez-vous toujours à des difficultés. Cela évite de déchanter et de tomber de haut lorsque les problèmes surgissent. C’est moins douloureux de glisser de la première marche d’un escalier que de la dixième…

Pas de surplace. Des clients prêts à signer, d’importants partenariats sur le point d’être conclus, le banquier vous promettant que l’accord de crédit est en bonne voie, quand tout parait merveilleux, la tentation est grande, même inconsciemment, de lever un peu le pied en s’imaginant que c’est gagné d’avance.

Mais lorsque toutes ces belles promesses (et vous en aurez souvent…) tombent à l’eau alors que vous en espérez quelque chose, je vous laisse imaginer la double peine. En plus d’être fortement déçu, vous vous retrouvez dans une belle galère avec encore moins de force et d’entrain pour remonter la pente. Quand le moral est au plus bas, tout semble compliqué.

En partant du principe que les belles promesses que l’on vous fait n’aboutissent jamais, vous continuez d’avancer sans y prêter attention en vous concentrant sur ce qui apporte des résultats concrets et non sur des illusions de victoires. Et si jamais celles-ci se réalisent de temps en temps, ce ne sera que la cerise sur le gâteau !

Un tour d’avance. Un pessimiste positif s’attend à toute sorte de problèmes au point de chercher des solutions d’avance au lieu d’être surpris en s’imaginant que ceux-ci n’arrivent qu’aux autres parce qu’ils sont mauvais.

Car vous aussi vous n’y échapperez pas. Vous aurez des procès, des problèmes avec le fisc, des clients mécontents, des menaces de concurrents, des articles de presses peu élogieux et j’en passe. Et comme tous les entrepreneurs, vous connaitrez des échecs douloureux.

Moins d’imprudence. Si vous vous attendez toujours à ce qu’un contrat soit respecté, vous allez au devant de mauvaises surprises dans la gestion de votre trésorerie. Tant que l’argent que l’on vous doit n’est pas sur votre compte bancaire, n’agissez pas comme si vous l’aviez déjà encaissé. Les impayés ou retards de paiement sont fréquents et causes de nombreuses faillites d’entreprises.

Mettez donc une dose de pessimisme lorsque vous gérez une trésorerie déjà limite afin de ne pas prendre de décisions inconsidérées même si vous devez renoncer parfois à des opportunités ou refuser des prestations. Engager des fonds que l’on vous doit mais que vous n’avez pas encore revient à jouer à pile ou face. Pile, le client paye et vous continuez, face il ne paie pas et la partie est finie.

Que du bonheur ! A être pessimiste, on ne peut avoir QUE de bonnes nouvelles. En effet, si vous vous attendez toujours au pire, vous ne serez jamais surpris lorsqu’une situation désagréable survient. Par contre, vous le serez agréablement lorsqu’une bonne nouvelle semblera tout droit tombée du ciel.

7 Comments

  1. Sébastien 28 février 2014
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 28 février 2014
      • Sébastien 1 mars 2014
        • Cédric Labeau
          Cédric Labeau 2 mars 2014
  2. Lise YACOUB 2 mars 2014
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 2 mars 2014
  3. Businessangel 10 mars 2014

Laisser un message