Startups, 5 conseils pour qu’un investisseur ne supprime pas votre email

[ 16 ] Commentaires
email-investisseur

Même s’il est préférable de rencontrer physiquement un investisseur, le premier contact est le plus souvent pris par email. Et, comme pour prospecter des clients, vous devez avoir une certaine méthodologie si vous voulez augmenter vos chances de l’intéresser.

Voici donc 5 points pour rendre votre email irrésistible (j’en fais trop non ?)

Ciblez les bons profils. Avant de commencer à envoyer des emails, faites déjà une liste des investisseurs qui sont le plus susceptibles d’être intéressés.

Un business angel investissant généralement dans le ou les domaines qu’il connait, cherchez à savoir quel genre de startup l’intéresse. Regardez son profil Linkedin, Viadeo, son blog ou éventuellement son compte Twitter pour connaitre son expérience ou les autres projets dans lesquels il a déjà investi.

De plus, un business angel aime accompagner les startups et privilégie souvent celles qui sont à proximité. Soit vous êtes mobiles, soit je vous conseille de commencer par les investisseurs les plus proches de vous.

Soyez concis. Évitez les emails à rallonge. Je ne sais pas pour vous mais personnellement j’ai horreur de lire des pavés. Quel que soit notre métier, nous recevons de plus en plus d’emails et il est impossible de tout lire. Ce serait dommage de voir votre message passer à la trappe uniquement parce que l’investisseur n’a pas saisi le potentiel de votre projet.

Donnez envie d’en savoir plus. Le contenu de votre email doit donc être succinct. Une brève présentation de votre startup et de ce que vous recherchez actuellement, du problème auquel vous vous attaquez et la solution que vous proposez en vous appuyant sur les bénéfices qu’elle apporte et non pas sur son fonctionnement, voilà les grandes lignes !

Évidemment, n’oubliez pas d’insérer le lien de votre site web, de votre page Facebook et Twitter ainsi qu’un numéro de téléphone portable où vous joindre.

Proposez ensuite de vous rencontrer pour en discuter plus longuement.

A mort le business plan ! Avec votre email, joignez une présentation plus détaillée de votre projet. Mais par pitié, si vous avez encore une part d’humanité en vous, n’envoyez pas de business plan ! Personne ne les lit. Premièrement, parce qu’il est impossible en terme de volume de tous les lire. Et deuxièmement… c’est chiant à mourir !

A la place, envoyez un Powerpoint avec 10-12 slides, peu de texte, des images et des schémas qui répondent aux 11 questions que se posent les business angels.

L’équipe avant tout. C’est vous et vos associés et non votre projet qui êtes le plus important aux yeux d’un investisseur. A la fin de votre email, n’oubliez pas de mettre en lien vos profils Linkedin, vos blogs perso si vous en avez, tout ce qui peut vous mettre en valeur et donner envie de vous rencontrer.

Avis aux startups qui ont réussi à décrocher des rendez-vous suite à un email. Comment vous y êtes-vous pris ? Quels sont vos conseils ?

16 Réponses pour Startups, 5 conseils pour qu’un investisseur ne supprime pas votre email

  1. Mathieu dit :

    Petite question Cédric :tu préfères en PTT qu’un executive summary?

    Mon point c’est que bien souvent, une présentation PPT prend tous son sens accompagné du commentaire qui l’accompagne. A moins de faire un set de planches dédiées à une utilisation hors présentation.

    Un executive summary est normalement assez court, et pas trop pénible à lire.

    • Personnellement, je préfère directement le PPT. J’en ai déjà reçu de très bons où tu es capable de comprendre le projet dans les grandes lignes même si le fondateur n’est pas là pour t’expliquer.
      Mais un executive summary peut aussi faire l’affaire à condition d’être assez « parlant » et de traiter les points importants qui sont : équipe,problème,solution et taille du marché visé.
      De toute manière, l’objectif est d’être capable dans un email de susciter l’intérêt et la curiosité rapidement.
      A toi de voir ce que tu préfères envoyer ;)

  2. Didier dit :

    Ça me paraît gros de dire que l’équipe compte plus que le projet…

    Je pense qu’il est préférable d’avoir une personne seule ayant un projet révolutionnaire, plutôt qu’une équipe composée de 10 personnes, dont 9 sont des « membres de paille », ayant un projet très moyen…

    Mark Zuckerberg a bien fait Facebook tout seul non ? Est-ce que pour autant, il n’aurait pas mérité de réaliser une levée de fonds ?

    Du coup, donner autant d’importance à une équipe m’échappe totalement… Je pense en toute franchise qu’elle peut se constituer sur le court/moyen terme, une fois le projet lancé, sans risquer d’aller à l’échec !

    • Qu’on soit bien d’accord, quand je parle de l’équipe, je parle du ou des fondateurs qui sont derrière le projet. Et une idée ne vaut rien si l’équipe n’est pas exceptionnelle.
      N’importe quel autre business angel ou VC te dira la même chose.
      Personnellement, je préfère investir lorsqu’il y a 2 ou 3 cofondateurs parce qu’il est rare qu’un fondateur seul possède toutes les compétences nécessaires pour mener à bien son projet en solo.
      Mais ça reste mon propre choix bien que pour la plupart des investisseurs c’est la même chose.

      • Didier dit :

        Merci pour votre réponse Cédric.
        Personnellement, je trouve anormal que des BA refusent une levée de fonds sur un excellent projet (reconnu d’ailleurs comme tel par eux-mêmes lors d’une présentation), sous prétexte que l’équipe est composée de deux cofondateurs de la même famille… D’ailleurs, peu importe à leurs yeux si ces cofondateurs ont ou non d’excellents profils, de surcroît complémentaires. Le simple fait qu’ils aient le même nom de famille est rédhibitoire. Cette attitude me révolte purement et simplement.

        • Il peut y avoir autant de cotés positifs que de côtés négatifs dans le fait de travailler en famille.
          Personnellement, je travaille avec mon frère depuis longtemps et nous n’avons jamais eu de problèmes.
          Par contre j’ai connu d’autres entrepreneurs pour qui ça c’est mal passé.
          Mais du moment que les fondateurs soient compétents et complémentaires, personnellement je ne vois pas le soucis.
          Il y a déjà eu de nombreuses sucess stories familiales.

    • gaetan dit :

      un projet mené seul peut réussir en effet, mais un projet à plusieurs permet de diversifier les compétences. Il est plus facile d’avoir deux experts sur une thématique qu’un seul expert sur deux thématiques.
      Par ailleurs, mark Zuckerberg n’a pas fondé facebook tout seul, il a été aidé au début par Eduardo Savarin et ses collocs de chambres (chris Hugues).
      Je pense qu’en dehors de tout débat théorique il est rassurant pour un investisseur de voir qu’un entrepreneur, même seul au début, a réussi à convaincre une personne ou plusieurs de monter sur son projet. Il peut y avoir d’excellents projets menés par des entrepreneurs solistes, mais l’investisseurs préférera l’excellent projet mené par une équipe à mon avis.

  3. Et un sixième conseil de Business Angel France !
    N’envoyez pas vos mails dans la nature = bénéficiez d’une mise en relation avec l’investisseur avant de le contacter.
    Bonnes levées de fonds !

    • Très juste Patrick ;)

      Être recommandé augmente largement les chances de succès!

      • Didier dit :

        Bonjour,
        Pourriez-vous nous donner quelques conseils pour être recommandé ? Quel type d’intermédiaire serait efficace, sachant que les leveurs de fonds n’interviennent généralement que sur des levées de fonds > 2 M€ ?
        Merci.

        • Effectivement, un leveur de fonds ne sera pas toujours intéressé par de petites levées de fonds.
          Ça va peut être te paraitre bête, mais pour être recommandé, il faut déjà être parfaitement préparé et s’assurer que ton projet réponde aux critères d’investissements des business angels.
          Je me vois mal recommander un porteur de projet à d’autres investisseurs si celui-ci n’inspire pas confiance ou que son projet est complètement bancal.
          En sachant que c’est toi qui sera « jugé » avant ton projet, il faut que tu sois donc parfaitement préparé, c’est à dire être dynamique, avoir un pitch convaincant, un document comme un PPT qui soit percutant…
          Après c’est assez facile puisque tu convaincras sans soucis un business angel qui se chargera de te présenter à d’autres pour réunir les fonds nécessaires.

  4. Alain C dit :

    Bonjour Cédric,
    je suis d’accord avec l’intérêt d’une présentation PPT par rapport à l’Executive Summary et le Business Plan pour communiquer sur un projet.
    Ce support dynamique doit permettre de montrer à l’investisseur les capacités du créateur d’entreprise à vendre son projet et son produit.
    Alain

    • Quelques slides bien construits sont largement suffisants pour être capable de cerner un projet et son potentiel.
      Évidemment, rencontrer l’équipe est le plus important;)
      Par contre, en ce qui concerne le Business Plan, je me demande s’il existe un document plus inutile que ce charabia de 30 pages….

  5. Mathieu dit :

    J’ai joué l’exercice des quelques slides versus l’executive summary.
    Au final je suis d’accord avec Cédric : quelques planches permettent à la fois de faire passé le message et permet un formalisme plus percutant que l’executive summary classique.

  6. Bonjour,

    Je me permets de rebondir sur le « à mort le business plan » :) .

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait de ne pas le joindre au mail de contact, un ppt ou l’executive summary sont beaucoup plus adaptés dans ce cas là. Mais il ne vaut pas oublier qu’une fois le contact noué, il sera nécessaire pour convaincre l’investisseur de rédiger un business plan de qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>