Startups, 5 points qui font fuir les business angels

Lors de votre présentation, un point qui peut sembler négatif aux yeux d’un business angel ne le sera pas nécessairement aux yeux d’un autre,  chacun ayant ses propres critères d’investissement. Une startup peut donc intéresser un investisseur et en laisser de marbre un autre.

Toutefois, vous devez absolument éviter les 5 points suivants sous peine d’être jugé négativement  à la quasi-unanimité avant même la fin de votre présentation.

Être seul. Je ne dis pas qu’il est impossible que vous réussissiez mais il est vraiment rare, à moins d’avoir eu un succès « médiatique » précédemment,  que vous arriviez à lever des fonds sans avoir d’associés.

Outre la difficulté de remplir toutes les tâches à la seule force de vos petits bras, aux yeux des business angels vous envoyez un message inquiétant quant à votre capacité de convaincre des personnes de vous suivre et de mener une équipe.

De plus,  les chances d’échouer sont plus importantes pour un créateur de startup qui fait cavalier seul.

Venir les mains vides. Si vous n’avez aucun produit tangible ou ne serait-ce un prototype qui démontre la capacité de l’équipe à matérialiser une idée en une offre concrète, vous aurez bien du mal à convaincre les investisseurs que vous réussirez à lancer votre produit dans un avenir proche.

D’ailleurs, savez-vous que beaucoup de startups échouent avant d’y être parvenu ? Conflits entre associés, mauvaise gestion financière, problèmes techniques et l’entreprise s’écroule sans même avoir pu commercialiser son offre.

Vouloir être un entrepreneur salarié.  J’ai déjà malheureusement vu des porteurs de projets venir pitcher avec un joli PowerPoint mettant en avant leurs qualités de dirigeant mais qui attendent de lever des fonds pour lancer leur startup, se salarier et commencer à développer leur produit!

Personnellement, je ne trouve pas ça honnête. Tandis que la majorité des entrepreneurs se serrent la ceinture, d’autres veulent vivre le bonheur de l’entrepreneuriat tout en ayant la sécurité d’un salaire qui tombe le 30 du mois. À un moment il faut faire un choix…

Survaloriser sa startup.  Il est légitime que vous ne vouliez pas être trop dilué dès la première levée de fonds mais il faut comprendre qu’un investisseur prend un risque supplémentaire en entrant sur une survalorisation.

Justifier une valorisation démesurée en prétextant qu’une startup similaire de la Silicon Valley vient de lever 10M$ à une valorisation de 50M$ a tendance à refroidir sérieusement les business angels.

L’écosystème et le marché étant différents, justifier sa valorisation en comparant la France aux États-Unis  ne parait pas très raisonnable.

Viser un marché trop petit.  Bien que votre startup puisse devenir rentable, en vous positionnant sur une niche de marché réduite ou avec des perspectives de croissance faibles, un investisseur n’aura aucune possibilité de sortie intéressante.

Un business angel ne cherche pas à toucher des dividendes au bout de quelques années mais à pouvoir faire une plus-value suffisamment conséquente pour combler les pertes précédentes et continuer à aider d’autres startups.

9 Comments

  1. Alain C 30 octobre 2012
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 30 octobre 2012
  2. Alain C 30 octobre 2012
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 30 octobre 2012
  3. Mathieu 6 novembre 2012
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 6 novembre 2012
  4. Hélène 23 janvier 2013
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 23 janvier 2013
  5. Wolfe amandine 15 mars 2015

Laisser un message