Un outil contre la mythomanie ?

Ce que j’ai pu en croiser des experts…

Lorsque j’ai débuté dans la vente, j’en ai rencontré des tonnes. Les meilleurs des meilleurs ! Les meilleurs managers, les meilleurs commerciaux dans les meilleures entreprises ayant les meilleurs produits et les meilleures méthodes de ventes. D’ailleurs j’ai travaillé dans 3 entreprises toutes « numéro  1 » et « leader en Europe » …dans le même secteur d’activité…

Et l’expérience a continué lorsque je suis devenu entrepreneur. Les meilleurs cabinets comptables, les meilleurs fournisseurs, les meilleurs sous-traitants, les meilleurs consultants…

Surtout les meilleurs baratineurs…

C’est donc après avoir perdu du temps, de l’énergie et quelques dizaines de milliers d’euros au passage (oui je ne suis pas très rapide…) que j’ai fini par développer une espèce de paranoïa envers les personnes se présentant comme étant la providence. Et si, vous aussi, vous avez tendance à accorder trop vite votre confiance, je vous implore de lire la suite.

De conséquentes conséquences

Je pourrais décrire ici toutes mes mésaventures mais je crains que vous n’ayez pas trois heures à m’accorder. Je vais donc tenter de faire au plus court.

La première fois que l’on met les pieds dans le monde des affaires, nous sommes tous un peu perdus. Des tas de questions nous trottent dans la tête et l’angoisse nous précipite dans les bras du premier « expert » venu.  En accordant trop d’importance à certains arguments tels que le poste occupé ou les diplômes obtenus, c’est la déception assurée.

En faisant affaire avec les mauvaises personnes, vous pouvez être certain de rencontrer au moins un des problèmes suivant :

  • Être associé avec des incompétents, fainéants ou malhonnêtes (voir les 3 si vous avez tiré le gros lot) empêchant l’entreprise de fonctionner.
  • Être mal conseillé ce qui entraine des conséquences fâcheuses pour la vie de l’entreprise et de l’entrepreneur (redressement fiscale, procès…)
  • Engager un prestataire négligent vous discréditant ainsi auprès de vos clients ou ne respectant simplement pas l’accord conclu.
  • Se retrouver face à un client mauvais payeur et manquer de fonds pour faire face aux charges engagées.
  • Embaucher un salarié en mode « déserteur »
  • Investir de l’argent dans une startup juste pour faire vivre les fondateurs.

Mais alors comment éviter ces pièges ?

 Soyez polis envers tous, mais intimes avec peu ; et choisissez-les bien avant de leur faire confiance »*

George Washington
 

Pour ma part, je préfère me constituer un réseau de qualité qu’un réseau de quantité. En s’entourant de personnes honnêtes et compétentes, on s’évite bien des soucis.

Pour cela les preuves les plus rassurantes sont les références et les recommandations. Si la personne a déjà beaucoup d’expérience et qu’un grand nombre la recommande, vous avez de grandes chances que tout se passe bien.

Mais vous pouvez également avoir affaire à une personne encore peu expérimentée ou sans référence particulière et cela ne veut pas dire qu’elle ne sera pas compétente. D’ailleurs, tout le monde doit bien débuter un jour ou l’autre !

Prenez donc le temps de discuter et de poser des questions. Que ce soit dans le choix de votre associé, comptable, avocat, consultant, salarié, qu’importe, ne vous précipitez jamais. Car en général on retrouve des traits de caractères communs chez les « experts mythomanes » et en étant attentif, vous les décèlerez sans problème. Quels sont-ils ?

En voici quelques-uns :

  • Parle beaucoup mais n’agit pas
  • Prompt à réclamer de l’argent mais jamais à présenter son travail
  • Ne répond pas réellement aux questions mais détourne le sujet
  • Rejette toujours la faute sur les autres
  • A toujours raison et réponse à tout, quitte à donner des arguments bidons

Je compte donc sur vos mésaventures pour étoffer cette liste !

 La confiance ne se réclame pas, elle se gagne.*

Marc Goldstein
 

Sincèrement, choisissez avec soin les personnes avec qui vous traitez. Lorsque vous recherchez de nouveaux associés, employés, prestataires ou même investisseurs, il est normal de ne pas accorder votre confiance sans avoir de véritables « preuves » venant appuyer leurs dires. Tout comme il est de votre devoir de démontrer aux autres par votre honnêteté et votre compétence qu’ils peuvent vous faire confiance. Ce n’est pas de la paranoïa mais de la sagesse. Car l’humain a une fâcheuse tendance à se comporter étrangement face à l’argent…

*Merci Evène.fr, partenaire des bloggeurs incultes.

12 Comments

  1. Martin de la Taille 30 novembre 2011
  2. Cédric Labeau
    Cédric Labeau 30 novembre 2011
  3. Jonathan Delhoux 6 décembre 2011
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 6 décembre 2011
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 16 décembre 2011
  4. André Duc-Taffe 20 février 2012
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 22 février 2012
  5. Mathieu 11 juillet 2012
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 11 juillet 2012
  6. Yannick 1 août 2012
    • Cédric Labeau
      Cédric Labeau 1 août 2012

Laisser un message